Haut
Gauche Centre Centre Centre Centre Centre Centre Centre Centre Droit
Bas

Nous vous proposons dans cette page quelques réponses à des questions posées couramment,
ou des informations entendues fréquemment.

 

Remonter Toutes les femmes peuvent-elles allaiter ?

Sauf exceptions rarissimes, l'allaitement maternel prend la suite logique de l'état de grossesse. Grâce à ce cordon lacté, une relation privilégiée de confiance s'instaure avec le nouveau-né.

 

Remonter Une femme peut-elle ne pas avoir de lait ?

C’est une crainte très répandue, pourtant sans fondement.

Toutes les femmes peuvent produire du lait en quantité suffisante. D’ailleurs, la plupart des femmes produisent plus de lait que leur enfant n’en a besoin et les problèmes d’allaitement liés à la surproduction de lait ne sont pas rares.

Les conditions de mise en route des premiers jours, ainsi qu’un allaitement à la demande de bébé, influencent cette production.

La production de lait répond à la loi de l'offre et de la demande.

Les seins ont une certaine capacité de stockage du lait (variable d’une maman à l’autre), mais c’est aussi bébé qui, en tétant, déclenche une partie de la fabrication de lait. Plus le sein est stimulé plus il produit. Plus le bébé tète, plus il augmente sa ration. Mettre le bébé au sein le plus tôt possible après la naissance, répondre à sa demande, y compris la nuit, est donc important. Les tétées nocturnes demandées par bébé sont d’ailleurs primordiales pour une bonne stimulation et une bonne prise de poids.

 

Remonter Et les « baisses de lait » ?

Elles n’existent pas, ce sont plutôt des « sensations » de baisses de lait.

De multiples raisons peuvent faire penser aux mamans qu’elles manquent de lait :

Remonter « A 3 mois je n’avais plus de lait »

De nombreuses mamans sont convaincues (à tort) d'avoir pu manquer de lait à un moment et ont alors introduit des biberons de compléments (conduisant au sevrage).

Très souvent il s'agit d'un « élan de développement ». Ce sont des jours difficiles avant l'apparition de nouvelles compétences (se retourner, tenir assis ...) et cela survient à des âges identiques et presque prévisibles (5-8-12-15 semaines puis environ tous les 2 mois). A ces moments là, l'enfant a besoin de réconfort et de sécurité. Il se met à réclamer davantage, tétant de nombreuses fois.

Il suffit de proposer le sein à son bébé aussi souvent qu'il le réclame (ne faites pas patienter bébé, il a besoin de ces tétées) et tout rentre dans l'ordre au bout de quelques jours. Déroutée par ce nouveau comportement, la maman est convaincue (et c'est souvent suggéré par l'entourage familial ou médical) de manquer de lait, d'autant que sa poitrine commence à diminuer de volume (ce qui est normal).

Le soutien de vos proches est alors essentiel : la papa, la famille, les amis. Faites-vous aider dans vos tâches ménagères. Remettez à plus tard les tâches domestiques, et surtout profitez du sommeil de votre bébé pour dormir en même temps que lui!

 

Remonter Et la fatigue ?

Allaiter ne fatigue pas.

Le sein est prêt immédiatement, à portée de main, et on n’a pas toute la logistique des biberons à gérer.

Ce qui fatigue beaucoup les premiers temps, c'est un nouveau mode de vie, chamboulement hormonal, physiologique, familial, émotionnel, etc. Il n’est pas facile de répondre aux besoins d’un nouveau né 24h/24, d’autant qu’on manque vite de sommeil.                                                                                                                                    En fin de tétée des endorphines sont secrétées, créant alors un sentiment de détente et de bien être chez la mère et l’enfant. Vous pouvez profiter de ce moment pour vous rendormir avec bébé (la nuit, lors des siestes ...) (voir sommeil partagé)

Revoyez votre organisation, évitez toute fatigue inutile (ménage, courses, visites ...) et profitez du sommeil de bébé pour dormir en même temps.

Voir notre dossier SOS fatigue 

Remonter Et la perte d’autonomie ?

Allaiter est une source de plaisir partagé entre la maman et son enfant. C’est naturel et très peu contraignant.

On peut allaiter en se reposant, en marchant, en préparant les repas, en s’occupant des aînés ... Un bon porte bébé peut s’avérer très utile (voir portage).

Quelque soit la situation, on a toujours à portée de main ce qu’il y a de meilleur pour répondre aux nombreux besoins de son bébé.

Pas de vaisselle, pas de stérilisation, pas de packs d’eau à acheter et porter ... et un bébé allaité peut s’emmener partout (restaurant, sortie entre amis ...) avec beaucoup de facilité !

 

Remonter Comment le père peut-il alors trouver sa place auprès de bébé ?

Le papa a bien d’autres occasions de créer un lien avec son bébé : bain, change, massage, portage, promenade ... ces activités sont bien plus riches en échanges que celle qui consiste à donner un biberon.

Pendant la grossesse, c’est bien maman qui a porté pendant 9 mois, et pourtant il a sans doute déjà pu rentrer en communication avec bébé et se rendre utile pour soulager maman. Avec l’allaitement c’est pareil, et il pourra être votre meilleur soutien.

L’allaitement est une activité exclusivement maternelle (comme la grossesse), prévue par la nature. Il serait vraiment dommage que le père se substitue à la mère, tout deux sont plutôt de parfaits compléments.

La nuit, quand bébé se manifeste, papa peut aller le chercher pour la tétée...

 Voir notre dossier Le role du papa 

Remonter De quel matériel ai-je besoin pour allaiter ?

Rien n’est vraiment indispensable. Un bon tire lait en vue de la reprise du travail (voir notre dossier allaitement et reprise du travail) et surtout ... un maximum d’informations !

 

Remonter Quelles positions adopter pour donner le sein à mon bébé ?

Le confort est très important ! Vous devez être détendue, sans crispation. Vous pouvez vous asseoir les pieds surélevés, n’hésitez pas à utiliser des coussins sous les bras pour éviter que ceux-ci ne fatiguent. Pensez aussi à la position allongée (très pratique pour partager le sommeil de votre enfant, voir liens), où le bébé est positionné très exactement à votre hauteur.

Pensez aussi à l’écharpe, aide précieuse pour allaiter bébé, dans de nombreuses situations, et très discrètement.

En tout cas, ne vous penchez pas vers votre bébé, mais amenez celui-ci à la bonne hauteur, la tête tout contre le sein, bien en face, ventre contre ventre.

 

Remonter Mes seins sont trop petits ...

La taille des seins n'a aucune influence sur la quantité de lait produite. En effet la taille dépend du volume de tissu graisseux et non du volume de glande mammaire.

Il est normal aussi que des seins tendus en début d’allaitement redeviennent souples par la suite (cela dépend des mamans). Cela ne veut pas dire que vous n’avez plus de lait, mais que votre lactation est bien installée !

Quand à l’engorgement et la tension mammaire du tout début (suite à la « montée de lait »), cela se résorbera d’autant mieux que bébé est mis souvent au sein. N’hésitez pas, à la maternité, à lui proposer très souvent le sein.

 

Remonter Je n’ai pas de bouts de sein

C’est votre bébé qui va former vos bouts de sein, en tétant. Il est extrêmement rare qu’une femme ne puisse pas allaiter à cause de mamelons mal formés et il est parfaitement inutile de préparer ses bouts de sein pendant la grossesse. N’oubliez pas que bébé tète aussi l’aréole et pas seulement le mamelon.

 

Remonter L'allaitement abîme-t-il les seins ?

En soi, l'allaitement n'abîme pas les seins.

Par contre un sevrage trop brutal peut abimer la poitrine.

 

Remonter On m'a dit qu'allaiter était douloureux

Vous serez peut-être surprise par la force de succion d'un nouveau-né. C'est une sensation nouvelle, qui peut être surprenante voir douloureuse pour certaines mamans ! L'important est d'adopter une bonne position pour éviter tout étirement douloureux du mamelon. L'engorgement physiologique des premiers jours se résorbe naturellement en faisant téter bébé à sa demande (c'est-à-dire lorsqu’il manifeste des signes d’éveils). N’attendez pas qu’il pleure !

Toute sensation de douleur qui persisterait doit être signalée, au plus tôt, à la maternité ou aux associations de soutien compétentes afin de trouver rapidement une solution.

(voir notre dossier douleurs, sensibilité anormale)

Lors des premiers jours qui suivent l’accouchement les tétées provoquent des contractions utérines, douloureuses pour certaines mamans, mais bénéfiques à son corps : elles permettent à l’utérus de reprendre sa taille normale et d’éviter les hémorragies.

 

Remonter Et les crevasses ?

Elles sont dues à une mauvaise position de bébé au sein ou à un problème de succion de ce dernier.

Voir notre dossier crevasses.

 

Remonter Qu'est-ce qu'un engorgement ? Comment l'éviter ?

L'engorgement est un oedème du tissu qui entoure les éléments de la glande mammaire. Ce n'est pas une surproduction de lait. C'est dû à un mauvais drainage du sein, qui entraîne une inflammation.

Par conséquent, le meilleur moyen de l'éviter est de mettre fréquemment bébé au sein et de s'assurer qu'il “vide” bien le sein.

Voir notre dossier Engorgement.

Voir aussi capacité de stockage dans notre dossier La lactation...

Remonter Je suis très pudique, je ne sais pas si j'oserais ...

Personne ne vous oblige à allaiter en public ! Les premiers jours, à la maternité, vous pouvez demander à être seule au moment des tétées. Quand vous serez plus à l'aise, vous pourrez allaiter très discrètement : soulever un pullover plutôt qu'ouvrir un chemisier par exemple, ou porter un foulard sur l'épaule ...

On peut aussi allaiter très discrètement (et très facilement), dans l’écharpe de portage. Pensez y !

 

Remonter Je dois accoucher par césarienne, pourrai-je allaiter ?

La première tétée pourra être différée sans que cela ne compromette l'allaitement. On vous aidera, les premiers jours, à trouver une position confortable. Certaines mamans préfèrent allaiter allongées, d’autres semi assises avec un coussin ...

N'hésitez pas à demander de l'aide chaque fois que cela sera nécessaire. La présence continue du papa, les premiers jours, peut s’avérer fort utile.

A priori, rien ne vous empêche d'allaiter, même si votre enfant est mis en couveuse pour quelques temps.

 

Dans tous les cas, renseignez vous sur les possibilités offertes par la maternité : avoir son bébé en salle de réveil, faire un maximum de peau à peau ... et informez le personnel de votre désir d’allaiter. Insistez sur ce qui vous paraît fondamental.

L’anesthésie n’est pas un empêchement pour une tétée précoce. Sachez le !

Certains bébés, nés par césarienne programmée, peuvent être moins demandeurs. Dans ce cas, ne pas hésiter à leur proposer le sein dès que bébé semble plus alerte (période de demi sommeil, ou lorsqu’il fait de petit mouvements avec sa bouche ...).

 

Remonter J’attends des jumeaux, pourrai-je allaiter ?

Oui, on peut tout à fait allaiter des jumeaux, il est possible de les allaiter exclusivement, et de les allaiter longtemps. Sachez que c'est tout à fait possible, moyennant informations et soutien.

On peut les allaiter l'un après l'autre, ou bien les deux en même temps en position ballon de rugby, par exemple. C'est selon votre envie, celles de vos bébés, et les circonstances ...

D'autre part c'est très bénéfique pour vous : les tétées aideront votre utérus à reprendre plus facilement sa taille et sa tonicité. L'allaitement vous permet un gain considérable de temps, d'énergie et d'argent, denrées particulières précieuses en cas de naissance multiples.

Contactez nous pour plus d’informations, ou visitez le site de l'association ADJ+, http://www.allaitement-jumeaux.com.

 

Remonter Est-ce que mon lait est assez nourrissant ?

Tout comme le manque de lait, cette crainte est universelle, bien que sans aucun fondement.

Le lait maternel correspond parfaitement aux nombreux besoins de votre bébé. Il s’adapte à votre bébé, en fonction de son âge. Sa composition varie au cours de la tétée (d’abord une phase aqueuse plus hydratante, riche en lactose, puis la teneur en graisse augmente jusqu’à la fin de la tétée).

Sa composition varie aussi suivant les conditions : pendant les grosses chaleurs, le lait maternel s’adapte pour encore mieux hydrater bébé.

Il n’existe pas de lait « insuffisamment nourrissant ». C’est une mauvaise interprétation des comportements « normaux » de bébé (comme ne pas « faire ses nuits », revenir souvent au sein pendant les élans de développement ...) qui peuvent conduire mamans et entourage à cette conclusion.

Le lait maternel contribue de façon importante à la maturation du système digestif du bébé, qui n’est pas complète avant l’âge de 6 mois.

Le lait maternel renferme des acides gras essentiels au développement des systèmes cérébral, nerveux et visuel du bébé.

Le lait maternel protège l’enfant de nombreuses maladies durant l’allaitement, et tout au long de sa vie, d’abord sous forme d’immunité passive, puis en stimulant le système immunitaire du bébé. Les effets augmentent avec la durée de l’allaitement.

L’incidence de toutes les maladies étudiées jusqu’à maintenant est moins élevée chez les bébés allaités que chez ceux qui sont nourris au lait artificiel.

 

Remonter Comment savoir si mon bébé a assez bu ?

Faites-vous confiance, faites lui confiance !

Cinq à six couches bien mouillées par journée sont un bon indicateur.

Les selles d'un bébé allaité sont de fréquence très variable, de plusieurs par jour (avant l’âge de 6 semaines) à une par semaine - ou moins lorsqu’il grandit !

Vous pouvez aussi observer votre bébé : vous l’entendez bien déglutir, lors des tétées, il avale de façon régulière et vous n’avez pas de douleurs aux seins.

 

Remonter Quel est le rythme d’un bébé au sein ?

Pendant les premières semaines de vie, les tétées sont fréquentes et irrégulières. Les bébés tétent en moyenne 8 à 12 fois/24h.

Les tétées nocturnes sont « normales » et même indispensables à bébé. De plus elles participent à une bonne stimulation de la lactation. Il n’y a aucune raison à vouloir les supprimer, même passé plusieurs mois.

Faites confiance à votre bébé et suivez son rythme !

Laissez le téter aussi longtemps et aussi souvent qu’il en a envie.

Il n’y a pas de règle pour la durée d’une tétée. Le plus souvent, le bébé arrête la tétée de lui-même, en se retirant du sein. N’oubliez pas qu’une tétée apporte bien plus qu’un apport nutritionnel, c’est aussi une façon de combler les besoins affectifs de votre enfant.

Il est fréquent que les bébés soient plus demandeurs en fin de soirée.

 

Remonter Au cours d’une tétée, un seul sein, ou les deux ?

Il n’y a aucune règle en la matière. C’est votre bébé qui vous dira comment faire !

Un bébé qui tète efficacement au premier sein, peut ne pas avoir envie du deuxième.

Si votre bébé semble vouloir du deuxième sein, après avoir bu au premier, proposez le lui.

Remonter On m’a dit de laisser bébé 10 min à chaque sein.

Non, il n’y a aucune raison d’imposer une durée à chaque sein.

Au contraire cela peut être préjudiciable à votre bébé. En effet la composition du lait varie au cours de la tétée, et en imposant une telle durée à chaque sein, votre bébé peut ne pas avoir accès au lait de fin de tétée, plus gras et plus nourrissant. Il aura alors seulement le lait de début de tétée plus riche en lactose, et plus irritant s’il n’est pas associé au lait de fin de tétée (possibilité de coliques). Laissez faire votre bébé, et ne regardez pas votre montre !

 

Remonter Et s’il a des coliques ?

C’est souvent le cas pour des mamans ayant beaucoup de lait avec un réflexe d’éjection important. Dans ce cas, bébé déglutit bruyamment (du lait peut couler de sa bouche pendant la tétée), peut même s’énerver au sein, manifestant ainsi son inconfort. Bébé est alors très vite repu (quelques minutes à peine), mais n’a pris que les sucres (lactose) du lait, sans obtenir les graisses. Il risque de réclamer à peine une heure après. S’il est alors mis à l’autre sein, il n’obtiendra encore que les sucres du lait, d’où une fermentation, d’où des coliques.

La solution est de remettre au même sein pour obtenir toute la tétée, y compris les graisses.

 Voir notre dossier coliques.

Remonter Et s'il pleure beaucoup ?

Donnez-vous du temps pour apprendre à vous connaître mutuellement. Cela ne va pas de soi et ce n'est que petit à petit que vous découvrirez le tempérament de votre bébé. Un bébé ne pleure pas toujours parce qu'il a faim et le sein apporte bien d’autres sources de réconfort que le seul apport alimentaire.

(les bébés allaités ne pleurent pas de faim)

Les bébés ont besoin d’être portés, câlinés ... et certains plus que d’autres. En le prenant dans vos bras, vous ne gâtez pas votre bébé. Pensez qu’il était habitué à un univers confiné, chaud, avec des bruits réguliers (dans votre ventre). Il se retrouve à présent seul dans un berceau inconnu. Il perd tous ses repères et a besoin de bras chauds et enveloppants.

Un bon porte bébé (voir portage) peut vous aider à combler ses besoins et les vôtres.

 

Remonter Et si je tombe malade ?Et la grippe A?

Aucune maladie aïgue banale ne nécessite l'arrêt de l'allaitement. La température maternelle n'est absolument pas une contre indication à l'allaitement.

D'autre part, à travers votre lait, bébé reçoit les anticorps correspondants à votre maladie. Il lui serait alors préjudiciable de suspendre l'allaitement. C'est bien souvent, par simple contact, que les maladies se transmettent qu'il y ait ou non allaitement.

Si vous présentez des symptômes de la fameuse grippe A, par exemple, continuer à allaiter votre bébé (en direct, ne pas tirer votre lait) va le protéger mieux que tout vaccin.

Le paracétamol, l'ibuprofène en seconde intention, sont parfaitement compatibles avec l'allaitement.

S'ils s'avèrent nécessaires, les antiviraux contre cette grippe sont également compatibles avec l'allaitement.

Bien sûr vous prendrez des mesures d'hygiène élémentaire (lavage des mains, mouchage dans un mouchoir en papier immédiatement jeté etc...)

De nombreux médicaments sont compatibles avec l'allaitement, votre médecin saura vous conseiller. Dans le cas contraire, insistez auprès de lui pour qu'il recherche une solution compatible avec l'allaitement ou cherchez un autre avis médical. Vous pouvez également nous contacter si vous avez un doute sur une prescription ou sur un conseil de sevrage suite à une prescription. (voir prise de médicaments

Remonter Et si j’ai une gastro entérite ?

Non seulement, vous pouvez poursuivre l’allaitement, mais c’est même conseillé pour le bébé qui risque d’être contaminé, non pas par le lait, mais par contact. A travers votre lait, vous lui transmettez les anticorps qui vont l’aider à se défendre.

 

Remonter Je n’ai pas le temps de manger équilibré, est ce que cela a une incidence sur la qualité de mon lait ?

Non, car le lait s’adapte en permanence aux besoins de votre bébé.

Essayez de vous faire aider pour les tâches ménagères, la préparation des repas ... quelques heures de repassage peuvent être une bonne idée de cadeau de naissance !

 

Remonter Y a-t-il des aliments ou boissons à éviter pendant l’allaitement ?

Non, vous pouvez manger asperges, choux ... aucun aliment n’est vraiment proscrit pendant l’allaitement. Cependant certains allergènes peuvent passer dans le lait et il convient d’être prudent en cas de terrain allergique.

L’alcool, qui passe dans le lait, est à éviter.

Manger le plus « sain » et le plus équilibré possible est recommandé, comme pour n’importe quelle personne.

Des bébés peuvent être sensibles à certains excitants (caféine, chocolat ...) ou aliments (produits laitiers entre autres) absorbés par la maman. C’est vous seule qui pouvez tirer les conclusions et c’est très variable d’un bébé à l’autre.

N’oubliez pas que le lait maternel prend le goût de ce que vous mangez et que votre bébé s’initie ainsi à toute une palette de saveurs, pour son plus grand plaisir !

Par contre, contrairement à une autre idée reçue, il ne faut pas augmenter votre ration de produits laitiers, il est même conseillé de la diminuer si votre bébé semble avoir des coliques.

Remonter Pour avoir du lait, je dois boire beaucoup d'eau ?

Non, buvez à votre soif, ni plus, ni moins. Augmenter vos apports hydriques ne va pas vous donner plus de lait.

De même, vous priver d'eau ne va pas diminuer un engorgement.

 

 

Remonter Puis-je reprendre une activité sportive en allaitant?

Bien sûr! C'est même recommandé!

IL faudra un bon soutien-gorge...Il est préférable de ne pas allaiter juste après l'effort (ça parait évident) 

 

 

Remonter Et si je suis fumeuse, ne vaudrait-il pas mieux donner du lait artificiel ?

Non, vous pouvez allaiter.

Malgré la consommation de cigarettes, il est bien plus avantageux pour bébé et vous-même d’allaiter que de donner du lait artificiel.

Votre lait reste supérieur en qualité, comparé aux laits artificiels.

L’idéal est de réduire (si on ne peut pas arrêter) sa consommation de cigarettes, autant qu’on peut, et de ne fumer qu’après la tétée.

 

Remonter Un bébé allaité a-t-il besoin d’eau durant les périodes chaudes ?

Non. Des études en milieu tropical ont montré que les bébés exclusivement allaités avaient un meilleur taux d'hydratation que les bébés qui recevaient de l'eau en supplément.

Attention, l’eau ne contient aucun élément nutritif, mais remplit l’estomac de bébé.

En donner peut être préjudiciable à votre allaitement.

 

Remonter Je dois m’absenter, comment faire ?

Un tout petit est naturellement fait pour rester avec sa maman, n’oubliez pas qu’il est facile d’emmener un petit bébé (qui peut dormir dans un bon porte bébé, boire et manger à votre sein ... sans que cela nécessite de préparation ou de matériel encombrant ...).

Profitez de ces moments, ils durent si peu de temps !

Une fois votre allaitement bien installé, si vous ne pouvez emmener votre bébé, vous pouvez extraire votre lait (pour plus de détails voir notre dossier allaitement et reprise du travail).

Attention cependant à la façon de lui donner votre lait : il existe un risque de confusion sein/tétine (au biberon le lait coule tout seul, alors qu’au sein, le bébé est actif pour faire venir le lait). Ce risque est bien réel et est maximum pendant les 6 premières semaines de vie de votre enfant. Au-delà des 6 semaines, le risque est toujours présent. Un seul biberon peut parfois perturber la succion de votre bébé au sein (il ne sait alors plus téter ou pince ou s’énerve ...). Votre lait peut très bien être donné à la tasse, à la pipette, seringue, au compte gouttes, à la cuillère ... Evitez au maximum les tétines de biberon.

 

Remonter Comment faire à la reprise du travail ?

De nombreuses femmes continuent d'allaiter, même partiellement, après avoir repris le travail.

Sachez que c’est tout à fait réalisable. Cela nécessite un peu d’organisation. Pour cela, nul besoin de programmer « un plan de sevrage » avec introduction de biberons avant la reprise. Au contraire, profitez de l’allaitement exclusif, le plus longtemps possible.

Concilier travail et famille est parfois un véritable casse tête (quel que soit le mode d’alimentation), mais l’allaitement peut faciliter l’adaptation à cette nouvelle étape, pour vous comme pour votre enfant.

Voir notre dossier concernant l’allaitement et la reprise du travail.

 

Remonter Puis-je allaiter en mixte ?

Pour vous, l’introduction de biberons de lait artificiels contribue à faire baisser votre lactation (surtout si celle-ci n’est pas encore bien installée). D’autre part, suite à une confusion sein/tétine, vous pouvez alors voir survenir douleurs aux mamelons, crevasses ...

Chez bébé, vous courez le risque d’une confusion sein/tétine : il peut alors refuser le sein, ou mal téter.

Si votre bébé ne fait pas de confusion sein/tétine, et que votre lactation est suffisante, vous pouvez très bien allaiter en mixte.

C’est un choix qui peut très bien convenir à vous comme à bébé.

 

Remonter On m’a dit que de donner des farines à mon bébé l’aiderait à faire ses nuits.

Non, il n’y a aucun lien entre l’alimentation de bébé et son sommeil. L’instauration de cycles de sommeil plus longs dépend de la maturation neurologique de votre bébé et non de son alimentation. Les études prouvent que l’introduction des solides n’a aucun impact sur le sommeil des bébés. (Voir Les bébés allaités ne pleurent pas de faim)

Il est normal qu’un bébé se réveille la nuit pendant sa première année (et souvent même au delà). Cela dépend des bébés (voir sommeil).

 

Remonter Allaiter, oui, mais jusque quand ?

Autant de temps que vous et votre bébé le souhaiterez !

C’est vous deux qui déciderez.

L’OMS et l’ANAES recommandent un allaitement exclusif jusque 6 mois, et un allaitement jusque l’âge d’au moins 2 ans, et plus, tant que la mère et l’enfant le souhaitent.

Le lait maternel reste un aliment essentiel, même pour un enfant diversifié.

 

Remonter Mon bébé ne veut plus téter !

C’est une situation très déroutante, qui arrive parfois, on appelle cela la « grève de tétée », bébé refusant alors du jour au lendemain de téter (c’est très brutal). C’est à différencier d’une situation de sevrage induite par bébé, qui se fait progressivement. Les causes de la grève sont difficiles à cerner : confusion sein/tétine, bébé perturbé par un réflexe d’éjection puissant (il est alors submergé par le flot de lait), tétée douloureuse en raison d’une affection de bébé (rhume, otite, dents qui percent, muguet ...), bébé perturbé par l’humeur de ses parents, ou un déménagement ... Ou encore un bébé qui a mordu le sein et dont la mère a réagi trop vivement.... La plupart du temps, aucune cause n’est trouvée, et tout finit par rentrer dans l’ordre au bout de quelques jours.

La grève peut aussi ne concerner qu’un seul des 2 seins.

Pour y remédier, on peut essayer d’allaiter dans d’autres positions et un environnement différent. Pensez à l’allaiter lorsqu’il est endormi, en marchant... Favorisez les contacts rapprochés : séances de peau à peau, prenez vos bains ensemble ... Si cela se prolonge, tirez votre lait, pour éviter engorgement et entretenir la lactation.

 

Remonter A quel moment sevrer bébé ?

Le moment idéal est lorsque vous et votre bébé vous sentez prêts.

 

Remonter Comment sevrer ?

Une seule règle : y aller progressivement. Supprimer une tétée à la fois, laisser bébé s’y habituer, puis supprimer une autre tétée. Si vous sentez un engorgement, faites écouler un peu de lait pour vous soulager, mais ne videz pas le sein. Si vous y allez progressivement, vos seins auront le temps de s’adapter.

 

Remonter A quel âge diversifier ?

L’OMS recommande actuellement un allaitement exclusif jusque 6 mois (voir ce document).

Diversifier plus tôt est non seulement inutile, mais peut être nuisible (peut favoriser la survenue d’allergie, et abaisse la quantité de lait maternel consommé par l’enfant).

Attendez que votre enfant montre son intérêt pour les aliments de la table familiale.

 

Remonter Comment diversifier ?

L’OMS recommande d’introduire « des aliments complémentaires sûrs et appropriés, avec poursuite de l’allaitement jusqu’à l’âge de 2 ans ou au-delà ».

Ainsi l’allaitement peut rester la part la plus importante de l’alimentation, et on laisse l’enfant explorer de nouvelles saveurs et textures, à son rythme. Le nombre de tétées peut ne peut pas diminuer, et l’alimentation solide est donnée en complément de la tétée (et pas l’inverse). Il n’est pas nécessaire de préparer des plats spéciaux pour bébé ni de tout réduire en bouillie. (voir Diversification du bébé allaité)

Pour l’ordre d’introduction des aliments, demandez conseils à votre médecin (en particulier si le terrain est allergique).

 

Remonter L’allaitement me protège t-il d’une nouvelle grossesse ?

L’allaitement peut être une méthode de contraception fiable : c’est la MAMA (Méthode de l’Allaitement Maternel et de l’Aménorrhée) dont le taux de fiabilité est de 98 % dans les 6 premiers mois qui suivent la naissance, mais attention, seulement à certaines conditions :

Ainsi si votre bébé est un gros dormeur, et reste de longues périodes sans téter (plus de 6h, la nuit, par exemple), ou si vous voulez vous absenter une journée complète (sans tirer votre lait), ou dormir 12h d’affilée, une autre contraception s’impose.

Voir par exemple sur le site www.fhi.org.

 

Remonter Puis je poursuivre l’allaitement alors que j’ai eu mon retour de couches ?

Bien sûr ! Le retour de couches ne change absolument rien à la qualité du lait.

 

Remonter Je suis enceinte, dois-je arrêter l’allaitement ?

Non, c’est encore un racontar que les dernières études sur le sujet ont réfuté.  

Par contre les seins deviennt souvent hypersensibles en début de grossesse, le lait change de gout, cela peut rendre passagèrement les tétées plus difficiles et douloureuses.

Certaines mamans co allaitent, c'est-à-dire allaitent leur nouveau-né en poursuivant l'allaitement de l'ainé.

 

Remonter Et si j’éprouve des difficultés ?

Allaiter est un geste naturel dont toutes les femmes sont capables. Dans tous les cas de difficultés liées à l’allaitement, il convient de ne pas rester seule et de faire appel à une personne compétente et formée en allaitement.

Il est très rare qu’une situation particulière de difficulté impose un arrêt de l’allaitement. Encore faut-il être informée, soutenue et aidée.

N’hésitez pas à nous contacter. Nous ferons notre possible pour vous apporter aide et soutien.

 

Remonter A propos du sommeil partagé

Remonter A propos du portage

Cliquer ici pour nous contacter.

Page mise à jour le 23/04/2011

visites depuis le 01/01/2007