Haut
Gauche Centre Centre Centre Centre Centre Centre Centre Centre Droit
Bas

 

Le poids du poids…


Trop souvent les consultations des nourrissons en pleine forme, vifs et éveillés se terminent par un verdict : le poids…chiffre magique donné par un instrument de mesure mécanique ou électronique incontournable…à un temps T arbitraire (bébé vient-il de boire, d’uriner, d’avoir des selles…)

Ensuite la question : a-t-il assez/ trop/ pas assez « pris »….mais aussi : par rapport à quoi ?

(La croissance en taille et celle du périmètre cranien sont bien entendu à prendre également en compte.)

Les courbes de poids insérées dans les beaux carnets de santé de 2006 sont les mêmes que dans les anciens modèles de carnet, c’est à dire faites à partir des mesures d’enfants en très grande majorité nourris au lait artificiel…de plus à l’époque, les laits infantiles étaient moins performants, contenant en particulier plus de protéines (ce qui serait responsable en partie de l’obésité).

Depuis avril 2006 sont publiées les courbes de l’OMS , concernant des enfants allaités (6 mois exclusifs). Ces courbes sont différentes. Elles prennent en compte le sexe du bébé dès la naissance, alors que les courbes du carnet de santé ne tiennent compte de ce paramètre que à partir de 3 ans.

Réalisation de ces courbes.


Pas assez ?

Il faut surtout garder à l’esprit que la prise de poids n’est que un des paramètres de santé d’un nourrisson. L’aspect clinique (tonus, éveil, aspect cutané, teint) est primordial. Chez un bébé allaité, le 1er mois ,5 selles bien hydratées par jour et autant de couches bien lourdes d’urines sont de  bons indicateurs. Ensuite, à partir de 6 semaines environ les selles peuvent devenir plus rares, mais doivent rester bien hydratées.

Pendant le premier mois...

-le poids de naissance peut être "faux"...si la maman a été perfusée avant l'accouchement, une certaine quantité de liquide est passée dans la circulation sanguine du bébé, majorant artificiellement son poids.

-la perte de poids physiologique couramment admise est de 10% du poids de naissance....mais ici encore il faut tenir compte de CE bébé. Est-il né à terme? Quels sont ses antécédents? Ceux de sa maman?

-le poids de naissance est idéalement "repris" vers le 15ème jour

 -le nombre de tétées est aussi à considérer...il doit être "acceptable"

                                        Un bébé qui est "tout le temps" au sein peut ne rien prendre car il ne tête pas efficacement

                                        Un bébé qui tête moins de 6 fois par jour est à surveiller

 

Dans les situations graves où le bébé perd du poids par insuffisance d’apports,

 les autres paramètres sont TOUJOURS anormaux.

 

Ces cas existent, il faut savoir les dépister…le cas typique est celui du bébé qui ne reçoit pas assez de lait
 (soit par trouble de la succion, soit parce qu’on lui impose des horaires trop rigides, soit parce qu'il a un problème de santé, parce que sa mère est malade, ou ne produit pas assez de lait...ce dernier cas bien que rare existe...),
 
 pour économiser ses forces (pleurer et/ou téter sont de gros efforts, surtout si les pleurs n’ont pas de réponse adaptée)
il va préférer dormir, se mettant « en économie d’énergie ».
 
Ce comportement rassure à tort « s’il ne réclame pas c’est qu’il n’a pas faim »...
cette phrase est tout à fait fausse pour un bébé de moins de 6 semaines!


Ce bébé ne prend pas de poids mais il n’a également plus beaucoup de selles et d’urines…son éveil est médiocre, sa peau fripée, son teint n’est plus rosé….

Il est alors urgent de réagir ! ...idéalement en optimisant l'allaitement, mais souvent dans ces cas, les compléments s'avèrent indispensables

Voir aussi notre dossiers Compléments

 

La courbe personnelle NORMALE d'un bébé allaité exclusivement 6 mois, puis lentement diversifié est en forme de "S", c'est-à dire croissance extrêmement rapide les 2, 3 premiers mois, puis une phase de plateau plus ou moins accentuée...les bébés allaités ayant en moyenne à 1 an un poids 800g inférieur à ceux des bébés nourris au lait industriels. Les autres paramètres (taille, PC) ne sont pas significativement différents.

Par contre les courbes OMS ne reflètent pas cet aspect en "S", c'est normal car elles ne prennent pas en compte des paraùètres individuels suivis.

 

Les bébés grossissant lentement (par rapport aux courbes) avec tous les autres paramètres normaux sont dits "à croissance pondérale lente". Ce faible gain de poids, mais régulier est souvent corrélé à une taille d'évolution régulière mais dans le "bas" de la courbe, et enfin et surtout souvent la taille des parents n'est pas dans le "haut" des courbes.

Cas de croissance lente où les modifications dans la conduite de l'allaitement peuvent améliorer les choses:

On peut citer le cas des bébés grossissant lentement, (grandissant vite en taille), ayant des "coliques" et des selles vertes et mousseuses, urines abondantes...pas de critère anormal à priori...mais dans ce cas il faut s'assurer que le bébé tête EFFICACEMENT assez longtemps pour accéder au lait gras de fin de tétée...

Un autre cas est celui des bébés ayant eu une bonne croissance les premiers mois et dont la courbe vient à stagner, le nombre de tétées diminue, l'enfant tétant quelques minutes seulement et pleurant si on l'incite à continuer. Souvent même, le bébé préfère têter énergiquement son poing après quelques mouvements de succion au sein...
 
On peut facilement éliminer les causes maternelles d'insuffisance de production (fatigue, stress, prise d'une pilule contraceptive). le don d'une sucette à l'enfant.
 
Il s'agit alors d'un manque de stimulation (par bébé) ayant causé une baisse de production(par maman)
 
Au début de l'allaitement il y a toujours surproduction et le bébé n'a pas besoin de stimuler beaucoup pour avoir ce qu'il lui faut. Mais le temps passant, la lactation est plus dépendante de la libération d'ocytocine , elle-même dépendante de l'état de stress de la maman. Le bébé ne va plus avoir la patience d'attendre les flux. Il est en effet beaucoup plus sensible à la rapidité du flux qu'à la quantité.
Cette diminution de la stimulation par le bébé va induire une baisse de la lactation...
LA solution est alors de relancer la lactation, en proposant de façon plus rapprochée et plus détendue...Il faut alors savoir guetter les signes d'éveil, en revenir parfois à des tétées tardives...Les compléménts à ce stade ne sont absolument pas la solution car bébé va alors encore moins téter.


Voir aussi notre dossier Comportements déroutants de bébé au sein



Trop ?

Un bébé allaité ne peut pas « trop » prendre…s’il rapproche les tétées il aura du lait moins riche en graisses…de plus le lait maternel contient des facteurs spécifiques prévenant l’obésité.
Le lait maternel est également riche en cholestérol, ce qui « vaccine » le bébé contre les apports ultérieurs.
D'ailleurs la courbe de poids d'un bébé allaité est souvent très ascendante les 2 premiers mois (plus d'un kilo par mois) puis se stabilise, arrivant vers 4 à 5 mois à une phase en plateau...puis une croissance plus lente...typiquement ce genre de courbe "en S" vaut aux parents la réflexion au deuxième mois "votre bébé prend trop, il faut le limiter" puis au cinquième mois "votre lait n'est plus assez riche..."
En conclusion le poids est certes un critère à considérer,
mais jamais isolément
et pour CE couple maman/bébé.
 

La "richesse" du lait maternel ne devrait jamais être remise en cause...

 

 

 

 

Réagir à cet article.

Page mise à jour le 23/08/2011

visites depuis le 07/04/2007